Cliquez ici pour voir Mon film "Le bateau est notre taxi pour embrasser les îles " ! 

 La façade de l'église est visible du lac ou de la place devant l'église, qui fait partie du monastère des sœurs bénédictines

L'entrée de la basilique est en grande partie masquée par l’ancien palais épiscopal (aujourd'hui monastère des sœurs) ; on peut y arriver de la jetée traversant un portail de style Renaissance et un escalier voûté.

La basilique San Giulio est une église qui se trouve sur la petite île Saint -Jules  au centre du lac d'Orta  

Dans un paysage enchanteur , l'îles s'offre à nous 

Autrefois, selon la légende, les seuls bruits qu'on entendait étaient ceux d'un dragon, terrassé par Saint Julien, qui a donné son nom à l'île. Aujourd'hui, il n'y a plus de bruit de dragon et même plus de bruit du tout, à part bien sûr ceux des doux clapotis de l'eau à la descente du taxi -bateau  !

La visite du village médiéval est un havre de paix en cette saison 

Sous la pluie c'est toujours mieux qu'à la maison ailleurs

 

Ciel c'est lundi

Ma participation pour 

Chez Arlette et Sylvie 

****

Ma jardinière me ravit

Mais l'arbre de mon voisin aussi 

Fenêtre sur le ciel 

Ma jardinière et coup d'oeil sur le ciel Rose63

 Quel bonheur chaque matin 

D'ouvrir la fenêtre 

Ma vue je vous l'offre c'est tellement beau chaque matin d'ouvrir les volets Rose63

 _DSC7206

 Un rosier qui avait été déplacé  à l'automne dernier commence à fleurir ...

 L'oiseau sur mon toitRose63

 Celui-ci n'a pas apprécié la pluie des jours derniers ...

 _DSC7200

 Une rose de mon jardinRose63

 Comme chaque lundi

Lakévio nous propose un sujet 

 Pour lundi, je vais vous proposer un devoir un peu particulier.

 Voici sept portraits d'hommes. Choisissez-en un et évoquez la personne,

 qu'elle soit réelle ou imaginaire. Vous pouvez établir aussi une biographie.

 

 

Voici ma participation avec le portrait choisi 

***

Il était une fois ,

En l'an ...,

C'était en janvier 

Au fin fond d'une campagne

Dans une bonne famille 

Naquit Adrien .

Oh il faut dire  qu'être le numéro quatre 

Oui oui 

Le quatrième garçon

Le père marchand de vin 

La mère 

Un hôtel relais de la poste à diriger 

Tout cela faisait beaucoup 

Il n'était pas vraiment désiré 

Mais à la campagne 

Il y avait de l'aide 

Une grand-mère à poigne !

Une vie assez simple loin de la ville 

A faire des p"tites bêtises avec les frangins 

Et les années passèrent 

Un apprentissage 

C'était bien un moyen de s'en sortir autrefois

Avoir vite un métier en poche 

Et dans la grande maison  bibendom 

Les jeunes recevaient une formation de qualité 

Il y fit  carrière 

Comme beaucoup d'ailleurs dans la région 

Cette illustre maison en a nourri des familles ...

Eduqués des enfants ,

Les écoles étaient strictes 

La vie de quartier dans ces cités respirait le bien être du savoir vivre ensemble 

Mais tout était réglé comme du papier à musique 

Adrien avait eu la chance de grandir à la campagne 

Et regardez donc ...

70 piges 

Et toujours le sourire aux lèvres 

Quelques rides bien assumées 

Toujours le regard coquin 

Et pourtant les trois huit 

C'était dur dur à l'époque 

Oui oui 

Le travail ça conserve 

Et dire que certains pensent à l'heure actuelle que les retraités sont riches!

Mais leurs bas de laine ne s'est pas tricoté tout seul ...

***

Jean -Louis Moré a  écrit :

"Le travail prépare une vieillesse heureuse ; dans tous les cas elle sera riche de souvenirs."
***

Tout cela c'était avant car qu'allons-nous devenir avec toutes ces ponctions sur nos retraites ?

Allons-nous garder le sourire longtemps à compter nos confettis ?